Ville de Fort-de-France - Bienvenue sur le site officiel de la ville de Fort-de-France, Ville capitale
Identifiant : 
Mot de Passe :  ou Nouvelle inscription
Lundi 24 avril 2017,   | Nous contacter | Newsletter
 
André ALIKER

André ALIKER 

Edité le : 10 mars 2010
Auteur : Ville de Fort de France
 
André ALIKER fut un Journaliste et militant communiste martiniquais (1900-1934)
Gérant du journal Justice, dont la mort par noyade, le 12 janvier 1934, a donné à ce que l’on a appelé « l’affaire Aliker » une dimension historique exceptionnelle, faisant de la victime un des symboles de la lutte du prolétariat martiniquais contre l’oligarchie békée.

Un jeune militant

Il avait milité très tôt dans le groupe communiste Jean Jaurès. A la fois gérant, rédacteur, correcteur et même vendeur du journal Justice, il s’empara dès le 11 juillet 1933 de l’affaire Aubéry (riche béké qui a soudoyé les juges de la Cour d’appel de la Martinique pour être dissous de ces fausses déclarations et impôts impayés) et se mit à publier des pièces du dossier prouvant apparemment la culpabilité du propriétaire du Lareinty.

Suite à cela, il fut victime de pressions voire même de menaces qui le conduiront vers sa perte. En effet, le 1er janvier 1934, Aliker était enlevé, bâillonné et jeté à la mer par des inconnus. Il est persuadé, comme il est écrit à son frère, à Paris, qu’Aubéry a mis sa tête à prix. Le 12 janvier 1934, on retrouve son corps ligoté, rejeté à la mer, sur la plage de Fond-Bourlet, sur la commune de Schoelcher.

Un assassinat prémédité

Jusqu’à aujourd’hui le mystère subsiste quant au commanditaire de son assassinat évident du fait que ses bras étaient liés dans le dos. Cependant, notons que c’étaient deux sainte-luciens Moffat et Mellon qui ont prémédité le crime d’André Aliker.

En cette année 2004, on a rendu hommage à André Aliker au centre culturel qui porte d’ailleurs son nom. Il s’agissait d’honorer la mémoire d’un homme de vérité et de courage mais surtout saluer une des figures du journalisme de la vie politique en Martinique.

(Sources : Dictionnaire encyclopédique Désormeaux, sous la direction de Jack CORZANI, 1992)
Envoyer par mail
Imprimer