Commission Ad Hoc- Mémoires et transmissions

La commission Mémoire et transmission aura comme mission d’ «engager une réflexion et un plan d’actions sur un certain nombre de statues, symboles et de dénominations dans l’espace public qui font référence à la période coloniale et esclavagiste et de proposer de nouvelles références qui nous ressemblent et nous rassemblent ».

Composition de la Commission

Présidente de la commission ad hoc : Mélody MOUTAMALLE, élue

Représentant.e.s élu.es :

  • Melody MOUTAMALLE
  •  Annie CHANDEY
  • Peggy CHARLES
  • Camelia FIMBOU
  • Sylviane CURTON
  • Nathalie JOS

Représentant.e.s experts en histoire et Identité :

  • Gilbert PAGO, Professeur agrégé d’histoire - géographie
  •  Elisabeth LANDI, Professeure agrégée d’histoire
  • Philippe PIERRE-CHARLES, Professeur agrégé d’histoire – géographie
  •  Myriam COTTIAS, Histoire de l’esclavage, Directrice de recherche CNRS, CIRESC
  •  Audrey CELESTINE, Maître des conférences en sociologie politique

Jeunes Chercheur.es universitaire :

  • Nadia CHONVILLE, professeure certifiée d’histoire-géographie, docteure en sociologie
  • Steeve « Fola » GADET, Maître des Conférences en civilisation anglaise, Mc
  • Zaka TOTO, doctorant en histoire, revue culturelle digitale ZIST

Citoyen.nes militant.e.s, personnes ressources :

  • 1 représentant.e du Comité devoir de Mémoire
  • 1 représentant.e du MIR
  • 2 représentant.e.s : Militant.e.s « RVN »
  • 1 représentant.e Comité des Sages Foyalais
  • 1 représentant.e des Conseils citoyens
  • 1 représentant.e du GAREFP
  •  Muriel DESCAS RAVOTEUR, Professeure certifiée d’histoire-géographie, secrétaire Oliwon Lakarayib
  •  1 représentant.e de « Tous Créole »

Psychiatrie/ Psychologue/ Pédagogie/ Education :

  •  Aimé CHARLES-NICOLAS, psychiatre
  • Serge CHALONS, pédiatre
  • Fred GALVA, psychologue
  • Sabine ANDRIVON MILTON, professeure certifiée d’histoire – géographie, docteure en histoire
  • Elsa JUSTON, professeure agrégée d’histoire et géographie

 

Artistes :

  • Sébastien DOMETILLE, « Oshea », représentant des artistes de rue
  •  Laurent VALERE, représentant des artistes plasticiens et sculpteurs
  • Victor ANICET, représentant des artistes plasticiens et céramistes

Consultations

Des consultations de représentant.e.s de citoyen.nes, de communautés d’immigration, d’acteurs religieux, philosophiques et économiques et autres Institutions seront également organisé.e.s.
Par ailleurs, des personnes ressources, ou expert.e.s pourront être associé.e.s aux travaux : archives, service culturel, patrimoine, scénographie urbaine, artiste, sculpteurs, numérique, circuits touristiques, financements et mécénats, aménageurs, muséologues, créolistes,…

Organisation

  •  La commission est composée de 32 membres
  •  Une co-présidence élue- « sage ou expert.e »
  • Un bureau de 10 membres assure le suivi des travaux
  • La commission s’organise en groupes de travail en nombre de membre réduit et en fonction des orientations proposées par le Maire
  •  Des membres peuvent être consultés par appel à contribution, par visioconférence ou sur demandes
  •   2 référents administratifs de la Ville de Fort-de-France :
    • Marie Michèle DARSIERE : Chargée de mission Patrimoine
    • Gladys TURIAF-LAVENAIRE : DGA Culture et Education

Phasage

  •  Passage au vote création d’une commission le 17 juin 2020 en Conseil Municipal
  • 1ère semaine de Juillet : composition, organisation, feuille de route
  • Début des travaux à la mi-Juillet et première séance en commission
  • 1ères restitutions formelles : au 30 septembre
  • Des premières initiatives dès la première commission : 20 juillet 2020

Orientations du Maire extrait du courrier en date du 16/06/20

La Commission Mémoire et transmission aura comme mission d’ « engager une réflexion et un plan d’actions sur un certain nombre de statues, symboles et de dénominations dans l’espace public qui font référence à la période coloniale et esclavagiste et de proposer de nouvelles références qui nous ressemblent et nous rassemblent ».

Le Maire a souhaité que cette commission puisse donner les éléments de compréhension et des propositions d’actions concrètes ainsi qu'affirmer quelques orientations :

  • Capitaliser les travaux et éléments de connaissance et de projets existants.
  • Apporter une plus grande connaissance des personnages controversés mises à l’honneur ou représentés dans l’espace public,
  • Proposer les plaques explicatives nécessaires sur leur position dans le cadre du contexte esclavagiste ou colonialiste, le cas échéant,
  • Statuer sur la conservation ou non de ces statues et dénominations en tenant compte du risque de faire table rase du passé et ouvrir ainsi la porte à un certain relativisme en matière de crime contre l’humanité,
  • Proposer le déboulonnage des statues ou les disposer ailleurs et renommer les rues quand les personnes ainsi mises à l’honneur sont une offense à notre mémoire martiniquaise, notamment quand ces personnages ont été des criminels racistes.
  • Valoriser davantage les évènements et le patrimoine mettant à l’honneur la lutte pour l’émancipation et l’Egalité,
  • Proposer de réaliser de nouvelles références dans l’espace public qui nous ressemblent davantage et nous rassemblent, dont nos héros du récit collectif
  • Proposer des outils pédagogiques et de sensibilisation tous publics sur les grandes civilisations africaines, l’esclavage et la traite, les différentes immigrations qui constituent notre peuple, ainsi que la lutte pour l’émancipation et les libertés.

 

Le Maire a également souhaité que la Commission puisse faire des propositions d’actions sur le court terme, moyen terme et long terme.

  1.  Ainsi à court terme, proposer des plaques explicatives des dénominations sur les personnages controversés,…, ainsi que des lieux de destination des statues de personnages racistes, qui pourraient être déboulonnées et repositionnées ailleurs. Je pense notamment à la statue de Pierre Belain Desnanbuc.
  2.  À moyen terme, la mise en place d’outils digitaux pédagogiques et de sensibilisation à destination de tous publics sur l’esclavage, la colonisation et la lutte pour l’émancipation et l’Egalité.
  3. À plus long terme, faire des propositions pour l’émergence d’un lieu de mémoire et symbole de notre attachement à l’Afrique et aux différentes vagues d’immigration en Martinique. Notamment au Fort Tartenson.